La communication interne en période de changement

La période de changement qu’annoncent les élections municipales (françaises) ouvre des opportunités pour la communication interne.  Comment incarner son rôle de conseil, revisiter les habitudes acquises et changer sans se renier ?
Marquée par la fin de la mandature en cours et l’ouverture d’un nouveau cycle, la période qui s’ouvre offre aux communicants internes des contraintes mais également des opportunités. Comment profiter de ce moment pour repenser sa communication ? Plus généralement, comment accompagner le changement ? Quelle posture adopter ?
 
Ces questions fleurissent sur la liste de discussion des communicants internes qu'anime Cap'Com et seront au centre des débats des prochaines Rencontres de la communication interne qui se dérouleront à Paris le 13 février prochain. Une journée de rencontres et d'échanges entre les communicants internes des collectivités locales et des organismes publics qui connaît un succès croissant d'année en année.
Un groupe d'une quinzaines de responsables de communication interne concourent au sein de Cap'Com à la réflexion sur ce volet essentiel de la communication publique souvent sous estimé. Réunis pour préparer cette journée, ils ont résumé, sous la plume d'Isabelle Knafou, chargée de la communication interne à la ville de Paris, trois défis que les communicants internes vont devoir relever en cette année électorale.
 
Incarner pleinement son rôle de conseil
Pour les communicants de collectivités qui y seront prochainement confrontés, un changement de mandature est un moment propice à la réflexion et à l’action, à condition qu’on sache s’y préparer. Au-delà des aléas qu’il convient de gérer, la mise en place d’un nouvel exécutif offre assurément des opportunités au plan de la communication interne qu’il importe de saisir. Concrètement, elle permet aux communicants de se positionner en accompagnateurs de ce moment clé dans la vie de la collectivité. Forts de notre connaissance de l’organisation et de nos savoir-faire, nous avons un rôle de conseil à remplir.
 
Revisiter les habitudes acquises
Au-delà des changements de mandature, tout changement est propice à la réflexion et à la réinterrogation des modalités d’action. C’est l’occasion de revisiter nos pratiques, de questionner les raisons des réalisations précédentes et de  reconsidérer les discours délivrés. La mise en place d’un nouveau projet constitue indéniablement un appel d’air à des modalités de communication différentes. Il ne s’agit bien évidemment pas de plaider en faveur de la nouveauté pour la nouveauté, la question de la pertinence des actions doit rester le critère clé, en revanche les modalités d’exprimer le changement doivent par elles-mêmes êtres porteuses de changement.
 
Changer sans se renier
Mais si ce travail de réinterrogation est une nécessité pour le communicant interne, ce dernier doit néanmoins se méfier de l’écueil qui consiste à assimiler changement et reniement. Autrement dit : en insistant sur le fait que le changement va tout changer, ou en pointant les lacunes auxquelles il répond, le communicant ne doit pas risquer de mettre à mal le travail effectué dans le passé et qui correspondait alors à un besoin fondé. Il en va de sa crédibilité et de son professionnalisme.
 
Pour faire face à cette difficulté, il n’est qu’une seule manière de procéder : c’est d’en revenir aux fondements de nos missions et de notre identité. En effet, c’est en nous appuyant sur le sens de l’action publique, nos valeurs propres et les savoir-faire avérés de nos équipes que nous pourrons collectivement nous adapter aux changements tout en restant nous-mêmes.
Le fameux changement dans la continuité…
 
Auteur:
Nastassja Korichi

Article original sur le site de Cap'Com

Share this post