• Permettre aux responsables, praticiens et parties prenantes (prestataires, fournisseurs, publics cibles) de la communication institutionnelle publique l’échange d’expériences et la valorisation des connaissances et des savoir-faire
  • Mettre à disposition des communicateurs publics des outils d’information et de la documentation
  • Proposer formations et conseils
  • Faire connaître et reconnaître les spécificités du métier de communicateur public à travers l’inscription d’une filière de cours spécifiques de communication publique dans les cursus académiques. C’est déjà le cas à l’UCL depuis la rentrée 2010
  • Permettre la mise en place de postes de « chargé(e) de communication du citoyen » dans toutes les institutions publiques comme cela existe en Flandre et en Italie.